Saint Martin, patron de la paroisse

Saint Martin est né en Hongrie, à Szombathkley, vers 316. On le représente en officier romain de la garde impériale, tranchant d'un coup d'épée sa chlamyde (cape militaire) pour en offrir la moitié à un pauvre. Cette scène se passa à Amiens et eut pour lui une suite inattendue car, le lendemain, il vit en rêve le Christ revêtu de son manteau et disant à son Père" J'avais froid, mais Martin m'a réchauffé. " Aussitôt, il se fit baptiser et quitta l'armée pour une vie d'ermite. En 360, appelé à Poitiers (Vienne) par saint Hilaire, ils fondèrent le monastère le plus ancien des Gaules : Ligugé. Martin le dirigea dix ans avant de devenir évêque de Tours.

À cette époque, la chrétienté n'était implantée que dans les villes. On doit à Martin la christianisation des campagnes païennes, principalement l'Anjou, la Beauce, le Berry, la Touraine, etc.... jusqu'au Luxembourg ! Évangélisation, construction d'églises, de monastères, implantation de prêtres, " l'apôtre des Gaules " réalisa une œuvre gigantesque dont il mourut d'épuisement, à Candes (Indre-et-Loire), le 8 novembre 397. On peut aujourd'hui la mesurer en songeant que 485 localités françaises portent son nom et que 3667 églises lui sont dédiées, dont 113 dans l’Oise ! Dix siècles durant, saint Martin (le premier sanctifié sans avoir été martyr), que Sulpice Sévère (son disciple qui a écrit sa vie) tenait pour" l'égal des Apôtres ", fut considéré comme le plus grand saint de France et... du Paradis.

Saint Martin et l'âne. Comme Jésus, Martin voyageait sur un âne. Martin, lui, légua son nom à son compagnon de route (voir plus loin Pourquoi tous les ânes s'appellent Martin). Jusqu'au Moyen-âge, les chrétiens (que les romains appelaient jadis les asinarii, c'est-à-dire les adorateurs de l'âne), ont associé le Christ et sa monture (sa forme animale). Chaque année était dite une messe de l'âne (assez particulière, où l’animal, présent, était richement vêtu, et dans la liturgie de laquelle on concluait prières et lectures par un étonnant hi-han 1... ) qui précédait la fête des fous. Ce culte rendu à l'âne le consacrait en tant que symbole de la connaissance. C'est en tant que tel qu'on le voit abondamment représenté aux tympans des cathédrales. C'est aussi pour cette qualité que l'on coiffe le cancre du bonnet d'âne. Ce geste, devenu infamant en même temps que laïque, a été détourné de son sens originel : il s'agit d'un acte symbolique tendant à faire entrer dans une tête vide la connaissance qui lui manque, en plaçant l'esprit déficient dans un endroit de recueillement symbolisé lui aussi par la solitude du piquet. Saint Martin, patron des ânes, est donc désigné comme un maître de la connaissance, un grand initié.

Saint Martin et l'oie. L'oie constituait hier encore le mets fondamental et traditionnel du " repas de la Saint-Martin ". Cette condamnation de l'oiseau aux fours et aux brasiers a deux explications : la première accuse les oies d'avoir trahi la présence de Martin lorsqu'il s'était caché parmi elles pour échapper à ses poursuivants qui voulaient lui imposer la mitre, la seconde leur reproche d'avoir troublé l'évêque dans une prédication ...

Parmi ces 113 églises Saint-Martin de l'Oise ... l'une est exceptionnelle. En l'évoquant, Henri IV disait" elle est la plus belle lanterne de mon royaume ". Dressée sur le plateau picard, cette église abbatiale a de l'extérieur des allures de Beauvais et, à l'intérieur, des grâces de Sainte Chapelle. Saint-Martin de Ruricourt (aujourd'hui Saint-Martin aux Bois), fut construite à la fin du XII/' siècle pour les chanoines réguliers de Saint Augustin. Elle témoigne de l'importance de l'ancienne abbaye de Ruricourt, détruite à la Révolution, qui connut son apogée l'an 1500 avec l'abbé Guy de Beaudreuil. L'ampleur de cet édifice (dont la hauteur sous voûte est de 27 mètres !) en cet endroit déserté est un mystère. Il marque à n'en pas douter un lieu capital, mais lequel ? Si près d'Amiens, l'esprit se plaît à imaginer que ... c'est peut-être ici que Jésus se révéla en rêve à Martin ... c'est peut-être ici que Martin reçut le baptême ... ?

les autres saints Martin: outre l'évêque de Tours, l'Église honore principalement trois autres Martin: le pape Martin 1er (v.590-655) le 12 novembre, le dominicain péruvien Martin de Porrès (XVI-XVII siècles) le 3 novembre, et le diacre Martin de Vertou (527-601) le 24 octobre.