C'ETAIT HIER

Parus dans "Vivre ensemble" en mars 2001

ORDINATION A SENLIS

Le 17 décembre 2000 à Senlis,

Mgr 'Thomazeau a ordonné prêtre Marc Depecker et Christophe Faivre.

Les deux nouveaux prêtres ont eu un parcours orignal : Marc est un ancien avocat et Christophe ingénieur agronome.

Atmosphère de joie dans cette cathédrale qui se prête bien aux cérémonies de cette ampleur, avec une présence importante de jeunes.

Deux grands écrans permettaient à l’assemblée de suivre le déroulement de l’ordination avec les différents moments dont l’imposition des mains par l’évêque et les prêtres présents et la première concélébration des nouveaux prêtres.

A la fin de la célébration, l’ancienne église Saint Pierre se prêtait fort bien au panage du verre de l’amitié et l’accueil des familles.

Mgr Thomazeau impose les mains à Marc et Christophe.

D.G

V ensemble004


 

TEMOIGNER DE L’AMOUR DE DIEU

Témoigner de l’amour de Dieu en se mettant au service de l'Église.

Il faut se réjouir de voir des hommes adultes quitter leur vie professionnelle, tourner le dos à des réussites humaines “rentables” pour servir l`Eglise, être ses témoins authentiques auprès de leurs contemporains.

En l’an 2000, quatre prêtres nouveaux, ordonnés par notre évêque, Mgr Thomazeau : le 1er mai at Noyon, le frère Hubert-Marie de Frescheville, à Beauvais le 2 juillet en la cathédrale de Beauvais, Gérard Gazeau, à Senlis le 17 décembre, c`était l’ordination de Marc Depecker et de Christophe Faivre... Ils ont entre 34 et 44 ans jus-qu` alors ingénieur agronome, avocat, venus de l’enseignement... On les verra désormais cheminer sur nos routes de l’Oise faire partager le bonheur de la vie avec Dieu.

D’autres suivent, au nombre d’entre eux, Serge Maroun qui vient de passer l’un des week-ends les plus importants, faire le pas décisif vers le sacerdoce en recevant le diaconat en l’église Saint-Jean-Baptiste Vianney du Beauvais dans un quartier qu’on dit sensible. Agé de 32 ans, Serge Maroun, tout au long de son parcours de vie, est resté très proche des réalités du terrain. “Dieu ne doit pas rester enfermé dans la sacristie”, affirme-t-il. En alternance avec sa formation pastorale, sur la paroisse de Beauvais-Nord, il multiplie les contacts, va at la rencontre des jeunes. “Notre monde a besoin, répète-t-il, de témoins de l’Evangile qui délivrent un message d’Espérance”. Voilà le regard qui réjouit le cœur d’anciens au service de l’Eglise depuis plus de cinquante ans maintenant. Le levain dans la pâte. ._

Arrivé du Liban en 1989, Serge parle couramment l’arabe. Comme il le dit : “Echanger dans la même langue aide à prendre des contacts et facilite les relations dans la confiance”.

Deux fois par semaine, il participe par ailleurs aux activités d’accueil du Secours Populaire. . .

Il doit être ordonné prêtre en juillet prochain. Bonne route !

V ensemble005

Raymond Louchart.
Articles parus dans « Vivre Ensemble » en mars 2001

 


 

REVENIR A LA SOURCE...

Quand Jésus part quarante jours au désert a 30 ans, avant même de révéler le chemin qui conduit l’homme a la rencontre de Dieu, il sait qu’on ne parvient au bonheur qu’en aiguisant sa soif et sa faim...

Faim et soif de l'absolu, faim et soif d’un élan nouveau à donner à sa vie, faim et soif de vérité.

Pour se faire, il a besoin de prendre du recul. L'homme du XX1e siècle est tellement ”gavé" de tout, qu'il risque d'en être étouffé, le cœur plus encombré qu’une autoroute au premier jour de vacances.

S'arrêter pour réfléchir, s’arrêter pour "simplifier" sa vie, atteindre a l’essentiel : tel est le sens que nous donnons aux quarante jours du carême.

Mais il faut se mettre en route et le faire avec d'autres.

Quand un chrétien reçoit les Cendres, il prend Ia décision de "se recueillir”, de faire le point pour mieux s’ouvrir, mieux se Livrer a I ’amour que Dieu porte a tout homme, quelles que soient ses pauvretés, ses blessures et les cicatrices dont il est marqué. Chacun de nous est capable de déceler ses démons : intolérance, sectarisme, racisme, injustice, outrance, égoïsme, etc.

Si nous souhaitons retourner a Ia source de notre baptême... et à ses exigences, si pour ce carême nous désirons nous refaire une santé avec Dieu et avec les autres par Ia Réconciliation, ne manquons pas I ’occasion qui se présente. Alors, avec Ia joie de vivre autrement, nous pourrons retrouver Ia soif et la faim de bâtir dans |'Amour et le Partage.

Ce sont les objectifs que nous nous fixerons durant ce Carême : Accueil, Tolérance et Partage.

PAQUES MARQUERA NOTRE REHOUVEAU...

Article paru dans « Vivre ensemble » de mars 2001, écris par notre regretté Raymond Louchart